CHRONIQUE D’UNE CONTEUSE / 1

Je lance une nouvelle rubrique : Chronique (ou journal?) d’une conteuse… parce qu’écrire m’aide indubitablement, et depuis toujours, à avancer…

Texte écrit le 17 juillet
Un matin (trop rare) comme je les aime où je me réveille de manière naturelle vers 5ham… et où mon esprit ainsi que le silence de la ville (trop rare lui aussi) me permettent d’être en contact avec mon intérieur prolifique. Ainsi, ce matin, j’ai repris la lecture du magnifique livre de Dan Yashinsky: Soudain on entendit des pas. Un livre si inspirant que j’ai aussitôt eu l’élan de me raconter une histoire. Oui, oui, je me suis raconté une histoire à moi-même. L’histoire du Secret de maître Cornille que j’ai eu le plaisir d’approfondir et d’offrir en partage l’été dernier. Je me la suis re-racontée pour bien me la garder au cœur et à l’esprit. Une histoire qui fait un bon 20 minutes et que je souhaite davantage partager tant elle est belle. Écrite au 19e siècle, elle est, je trouve, plus que jamais d’actualité.

Sac'cordéon

Sac’cordéon

Toujours est-il que, tandis que je me racontais cette histoire dans le creux de l’oreille interne, j’ai été enchantée de voir que je m’en souvenais entièrement. Elle prenait certes quelques nouvelles teintes car j’y allais de mémoire… et c’est justement cette confiance en ma mémoire qui m’a enchanté….

Car voyez-vous, je viens d’un père conteur et d’une mère gardienne de la mémoire. Lui, toute sa vie il a raconté des histoires dans les géants partys de famille (Imaginez ça : 13 frères et sœurs, pour la plupart mariés, avec leur progéniture, soit ma génération, convenez-en que ça fait des gros partys!). Souvent, les histoires de mon père étaient en fait des blagues avec des chutes terriblement drôles. Des blagues qui sous l’influence de son talent prenaient des airs de contes. Il étirait la sauce sur un temps rare (comme on dit) et c’était toujours merveilleux de le voir et de l’entendre. Jamais il ne manquait de faire rire son auditoire. Et ça, c’est toujours un bonus jubilant pour un conteur, on en conviendra. J’entends d’ailleurs les rires retentissants de mes tantes au moment de la résurgence de ce souvenir. Seul petit hic, mon père avait une mémoire trouée. Heureusement, il a toujours eu ma mère à ses côtés. Elle, en bonne gardienne de la mémoire, tenait avec brio le fil des histoires. Une mémoire comme la sienne, ça tient du phénomène (elle ferait d’ailleurs bonne compétition à Paul Houde). Mon père contait et elle soufflait au besoin, ce qui ne manquait pas d’ajouter du comique à l’ensemble de l’œuvre 🙂

Ma mère et mon père formaient une chouette équipe. J’en parle au passé même s’ils sont toujours bien vivants et ensemble, amoureux plus que jamais… simplement, mon père conte moins qu’il ne contait. Est-ce parce que les partys d’envergure se font plus rares? Il a peut-être cessé de conter et de chanter, mais certainement pas de s’amuser à déclencher des rires par sa présence d’entertainer-né 😉

... du même bois

…du même bois

On dit que l’enfant hérite des dons de ses parents et qu’ainsi, en observant la passion de chacun, il trouvera sa propre voie. Dans cette logique, on peut dire que je porte en moi l’esprit du conte et son essence –la mémoire– pour bien garder tout ça vivant. Je n’aurais donc pas besoin qu’on tienne pour moi le fil de l’histoire… et pourtant. J’ai longtemps souffert d’un manque de confiance, lequel m’empêchait de croire en la possibilité de raconter sans filet. Côté théâtre, autre forme d’art qui nécessite une bonne mémoire, mon plaisir a toujours été aussi grand durant les trous de mémoire que lorsque le texte filait bien. J’aimais les blancs au théâtre parce qu’ils nous donnaient l’occasion d’être encore plus vivants sur scène. J’aimais aussi voir la tronche effrayée de certains autres comédiens lorsque leur mémoire défaillait, et venir les « sauver » en improvisant à partir de ce que le GRAND MOMENT PRÉSENT nous offrait de magie. Je me demande alors pourquoi, avec le conte, je n’ai pas eu d’emblée ce rapport jouissif au blanc ?…

Je soupçonne que la petite fille-éponge que j’étais, émerveillée et fière d’écouter son père raconter, avait non seulement absorbé le plaisir du conte, mais aussi avalé quelques trous de mémoire du paternel au passage.

La gardienne de mémoire et le conteur

Maintenant que j’en prends conscience, on dirait que je recouvre plus naturellement le don maternel de gardienne de la mémoire. Grand bien jubilatoire m’en fasse !

Sur ce, au boulot ma Karo ! J’ai de belles activités de conte au programme de l’automne. Cela ne se prépare évidemment pas 2 jours à l’avance. J’y suis d’ailleurs depuis plusieurs semaines et c’est un grand bonheur à vivre : 100 fois sur le métier, remettre mon ouvrage joyeux !

D’ici la suite des chroniques d’une conteuse, je vous souhaite une journée féconde et libre.

Publicités

A propos Caroline Legault

Agricultrice d'émerveillement // Guide d'enfant intérieur // Diseuse d'Horizons... Arts de la scène, écriture, voix, chant. "Bien avant d'être une manière d'écrire, la poésie est une façon d'orienter sa vie, de la tourner vers le soleil levant de l'invisible" - Christian Bobin
Image | Cet article, publié dans Écrire, États de CONTE, L'Artiste, Mes chemins artistiques, Re-co-naissance, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour CHRONIQUE D’UNE CONTEUSE / 1

  1. Daddy) dit :

    Merci à toi pour ce bel hommage.C’est très gentil de souligner que je t’ai peut être laissé quelques choses en héritage.En passant mes vacances au NB m’ont permis de remettre à l’œuvre mes talents de raconteur, car la bas les gens avec qui j’étais ne savaient pas mes histoires. Alors je me suis payé la traite. En plus, j’avais des ricaneuses compulsives. Le moindre petit geste, le moindre petit punch elles se roulaient par terre. Alors je leur ai servi mes meilleures du bon vieux temps. Quelle plaisance de raconter avec un public hors paire.
    Voilà et encore merci xoxoxo
    Daddy0 Conte et raconte. xoxoxo

  2. Marielle Grenier dit :

    Si agréable de te lire 🙂 Donne ben le goût d’en entendre encore….. Et comme ils sont beaux La gardienne de mémoire et le conteur!!

  3. Isabelle dit :

    Tu sais belle Karo….tout ce que tu nous partages en tes mots est jouissif, l ‘ air de rien, y ‘ a une pure simplicité de cette vie, de la tienne à travers ce que tu nous raconte sur tes charmants parents…..et effectivement ils sont beaux et toi….ben que veux tu, t ‘ es belle xxxx

  4. Notabene dit :

    Les talents du conte, la richesse des silences. En effet, c’est un beau partage que t’ont offert tes parents. Ravie de savoir que ton papa continue avec ceux qui n’avaient pas la chance de connaître ses talents. Un bel hymne à la vie, à l’imagination, à l’amour aussi car ça en dit long de l’histoire du couple de tes parents : pouvoir compter/conter sur l’autre.
    Merci pour tes mots !!!

  5. Ella Balaert dit :

    Bonjour! Je crois que mon e-musée de l’objet pourrait vous intéresser https://objetsdefamille.wordpress.com/ à bientôt

    • Bonjour Ella Balaert 😉 Oh que oui, votre e-musée de l’objet m’intéresse 😉 Wow! Merci du partage. Je suis toute heureuse de découvrir qu’ailleurs aussi, on aime les objets. J’ai une toute petite collection ici, dans ma section PHOTOS… et une immense collection dans mon ordinateur. Éventuellement, j’ajouterai d’autres en ligne, mais pour le moment, voici : https://carolinade.wordpress.com/objets-animes/
      Ce qui est rigolo, c’est que vous appelez ces objets inanimés et moi, je me plais à les appeler: objets animés … car s’ils m’appellent autant quand je les vois, ça doit être qu’ils ont une âme 😉
      J’y pense à l’instant, voici aussi un lien vers un montage photo que j’avais fait sur les objets : https://vimeo.com/87340629
      Au plaisir…

    • Ah!… et évidemment, je mélange un brin la nourriture dans ma série objets animés … Pourquoi ? Je sais pas trop. C’est comme ça ! 😉 J’ai regardé rapidement votre musé. J’irai y passer plus de temps sous peu et possiblement y déposer un objet. Merci encore du partage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s